Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
15/11/2022
ANNIVERSAIRE
Les 90 ans des apparitions à Beauraing
Le 29 novembre 1932, à 18h30, dans l’obscurité et le froid, la Vierge Marie se manifeste à 5 enfants de Beauraing. Elle se montrera ainsi 33 fois, jusqu’au 3 janvier 1933. Il y aura cette année, 90 ans que nous commémorerons cet événement. La Vierge Marie s’est manifestée dans un lieu et à un moment précis de l’histoire des hommes pour y délivrer un message à destination du monde entier. Ce 29 novembre, un beau programme vous attend au Sanctuaire, venez nombreux !
Pour marquer le 90e anniversaire des apparitions à Beauraing, le diocèse diffuse un court-métrage en mode fiction. Une manière d’inviter à s’interroger sur ce qui s’est passé le 29 novembre 1932. Cliquez ici afin de découvrir cette fiction réalisée par Quentin Denoyelle.

Un message pour le monde entier
L’Église reconnait jusqu’à présent 16 lieux d’apparitions mariales, dont deux sont situés en Belgique : Beauraing et Banneux. Que la Mère de Dieu vienne se manifester est déjà quelque chose d’exceptionnel, mais plus encore lorsqu’elle le fait à deux reprises, l’une après l’autre, dans un même pays.

90 ans ! C’est un bel âge si on se réfère à une personne, un âge respectable ; mais si on évoque un événement, cela peut sembler quelque chose d’un peu lointain, même si cela demeure significatif. C’est là que peut se situer une erreur à ne pas faire : croire que la manifestation qui s’est produite demeure dans le domaine du passé. Il ne faut jamais oublier que le passé sert à forger le présent et plus encore l’avenir en s’enrichissant de l’expérience vécue et en veillant à ne pas en reproduire les erreurs. De plus, le cœur de l’homme, quel que soit son époque, demeure identique, c’est pourquoi toute parole et enseignement est bon en tout temps. C’est ainsi que le message de Beauraing reste toujours d’actualité.

La Vierge Marie est apparue en Belgique, en 1933 ! Elle n’est apparue pas n’importe quand, et pas n’importe où. Comme à Cana, la Vierge Marie anticipe la catastrophe. Déjà, lors des apparitions de Fatima en 1917, elle avertissait de la menace d’une nouvelle guerre mondiale, pire que la 1ère ; ici, elle se manifeste dans l’entre-deux-guerres, à 27 jours de la montée au pouvoir d’Hitler en Allemagne en tant que grand Chancelier. La Belgique se situe entre la France et l’Allemagne, un peu comme une zone tampon ; une zone qui deviendra par la suite le cœur de l’Europe, avec le siège de la Communauté Européenne, et d’une partie du monde d’une certaine façon, avec le Quartier Général de l’OTAN.

Le symbole du pont
Il n’est pas anodin que la Vierge Marie apparaisse, à Beauraing, pour les premières fois, sur un pont. Il y a tout un symbole dans celui-ci. À une époque qui vit se construire des murs idéologiques (le communisme, le nazisme, le fascisme…) et physiques (le mur de Berlin…), rien n’était plus important que de rappeler qu’il fallait construire des ponts, qui reliraient et uniraient les hommes, et non des murailles qui les séparaient et les opposeraient. La Vierge Marie n’est pas elle-même le pont qui a relié le Ciel et la Terre, permettant ainsi au Fils de Dieu de venir parmi nous ?

Marie est venue dans une école, à l’entrée d’une petite ville, sur son axe principal, près des commerces, tout contre une voie ferrée, et à mi-chemin entre l’église paroissiale et le cimetière. Tout désigne ici la vie humaine de la naissance à la mort, dans son éducation, dans ses activités professionnelles, dans sa mobilité, dans ses préoccupations quotidiennes… Marie vient réorienter toute notre vie vers Dieu, vers son Fils, vers la vie de prière et de foi. C’est ainsi que lorsque les 5 enfants lui demanderont « pourquoi venez-vous ici ? », la belle dame leur répondra : « pour que l’on vienne en pèlerinage ! » N’y a-t-il rien de plus significatif comme réponse ? Le pèlerinage : un temps de pause que l’on prend pour sortir de son quotidien et se recentrer sur Dieu. C’est un temps de ressourcement, de réévaluation, d’un nouveau départ.

L'importance de la prière
En effet, la Vierge Marie demandera à 3 reprises que la prière soit remise au centre de nos vies : « priez ! », « priez beaucoup ! », « priez toujours ! ». Prier, cela signifie renouer une relation avec Dieu qui veut véritablement transfigurer notre vie, lui faire porter du fruit, la rendre plus identique à la sienne. Voilà pourquoi, la Vierge Marie conclut son message, lors de la dernière apparition du 3 janvier 1933 en disant à Fernande Voisin : « aimez-vous mon Fils ? M’aimez-vous ? Alors sacrifiez-vous pour moi ! » Le sacrifice, n’est-ce pas la suite logique de la prière ? La prière nous rapproche de Dieu, un Dieu d’amour, un Dieu qui donne vie, un Dieu qui donne jusqu’à sa propre vie. Le sacrifice, n’est-ce pas perdre de soi pour se donner à l’autre, s’ouvrir à l’amour ?

Nous vous invitons, tout particulièrement en ce 90e anniversaire, à redécouvrir la beauté du message de Beauraing, en venant par vous-même, en groupe, ou en paroisse, ou en participant aux activités que nous vous proposerons tout au long de cette année : www.sanctuairesdebeauraing.be

Notre-Dame au Cœur d’or nous tend les bras en souriant, répondons à son invitation en prenant un moment auprès d’elle et de son Fils.

Abbé Stéphane Décisier
vice-recteur du Sanctuaire de Beauraing
Translate in English - Nederlands - Deutsch