Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
17/2/2011
TÉMOIGNAGE
L'abbé Abagna, futur évêque de République du Congo: ''Dieu sera là pour m'aider''
A peine le temps d'ouvrir la porte du presbytère que déjà la sonnerie du GSM se fait entendre. La première d'une très, très longue série! ''Depuis hier, explique l'abbé Victor Abagna-Mossa, ça n'arrête pas. Les gens veulent me féliciter: ils sont heureux pour moi. Ils me disent qu'ils chantent, qu'ils dansent pour moi...'' A 64 ans, l'abbé Abagna-Mossa vient d'être nommé évêque du diocèse d'Owanda, en République du Congo*, son pays. Et les premiers messages de félicitations viennent de là-bas. Il faut préciser que l'annonce de cette nomination est en bonne place sur ''Congo-site portail''. Alors que tout s'accélère, que sa vie prend une autre direction, le futur évêque reste lui serein. Il se veut confiant: ''Si Dieu m'a désigné c'est qu'il sera là pour m'aider. Il me donnera la grâce pour travailler.'' Rencontre avec un Sage.
Lorsqu'il avait des contacts avec les prêtres restés en République du Congo, il était inévitablement question de la désignation d'un nouvel évêque pour le diocèse d'Owando (500 km de Brazzaville) là où l'abbé Victor Abagna-Mossa a vécu avant de venir en Belgique. Depuis quatre ans, c'est un administrateur qui gère le diocèse. ''Je sentais bien que les prêtres voulaient que je sois désigné. Ils avaient appris à me connaître à travers le travail que j'y ai mené comme vicaire général. Mais moi, je me disais que Rome allait désigner un jeune.'' Devenir évêque? Une question que le prêtre ne s'était jamais vraiment posé. Lorsqu'il a reçu un appel téléphonique de la Nonciature (ambassade du Pape en Belgique), il n'a même pas ressenti de stress particulier. ''Je me suis dit qu'on allait m'interroger sur d'éventuels candidats retenus pour occuper la fonction, explique l'abbé. Et puis j'ai entendu: ''c'est toi.'' Je ne pouvais pas avoir bien compris. Et j'ai répété trois fois: moi, moi, moi!''
Depuis, le téléphone n'arrête pas de sonner. ''Les gens chantent, dansent. Une personne m'a expliqué que l'information avait été donnée lors d'une veillée funèbre et les gens ont.... dansé. Je n'en reviens pas. De me sentir aussi aimé et bien ça ne peut me donner que l'envie de travailler. Je me sens aussi beaucoup soutenu.''

''Qu'aurait fait le Christ?''
En République du Congo, l'abbé Abagna-Mossa a été prêtre dans plusieurs paroisses. Il a enseigné au petit séminaire avant d'en devenir directeur. Et quand on lui suggère que s'il a déjà rempli autant de missions différentes, c'est tout simplement parce qu'il en la carrure. L'abbé Victor que beaucoup appellent chaleureusement ''yaya'' (grand frère) est presque gêné. Il ajoute timidement: ''Certains le disent...''
Ils vont retrouver un prêtre toujours autant à l'écoute de l'autre. ''Je prends beaucoup de temps pour écouter les gens avant de prendre ma décision. Je me demande chaque fois: 'si le Christ avait été à ma place, qu'aurait-il fait?' Mais une fois que c'est décidé je ne reviens plus dessus.'' Une manière d'opérer qui l'aura sans doute aidé au moment de la constitution de la communauté de paroisses. Avec le curé de Flawinne, il était l'un des curés-modérateurs de cette communauté rassemblant Flawinne, Belgrade, Temploux, Saint-Servais Sainte-Croix. Une manière de mieux répartir le travail des prêtres.

Déballer et remballer
L'abbé Victor a encore été vicaire général pendant bien des années avant de décider de s'accorder une pause. ''Chez moi, on dit prendre un peu de repos'' ajoute l'abbé. Et ce repos, il l'a pris en Belgique où pendant deux années, il a poursuivi sa formation à Lumen Vitae. En accord avec l'évêque de son diocèse d'origine mais aussi avec celui de Mgr Léonard alors évêque de Namur, il a voulu découvrir la vie de paroisse en Belgique. Il est notamment passé par Vedrin-Comognes. Les paroissiens de Belgrade n'auront eu l'occasion de s'habituer à leur nouveau curé. L'abbé Victor Abagna-Mossa y est arrivé le 16 janvier dernier! Dans le presbytère qu'il occupe, l'installation est loin d'être terminée (la photo). Il y a encore beaucoup de caisses à déballer et une décoration à peaufiner... Déballer, ranger, aménager voilà comment l'abbé comptait occuper -une partie- des prochains jours...

Retour au pays
Il va replonger dans ses caisses pour faire le tri entre ce qu'il emmènera au pays et ce qu'il laissera. Dans ses bagages, outre des livres, l'abbé emportera surtout beaucoup de souvenirs, celles de rencontres. Et puis les images d'un dernier Noël... très blanc. ''Depuis des années, j'entendais les gens dire qu'ils aimeraient avoir un Noël blanc. Cette année, ils l'ont eu ce Noël blanc mais ils ne sont pas venus à la messe'' ajoute plein d'humour le futur évêque.
Et avant que l'avion ne l'emporte vers son pays, il bloquera quelques jours pour une retraite. Un temps spirituel bien nécessaire avant cette nouvelle aventure. ''Je sais que le jour de mon ordination, je serai très ému. Je suis orphelin de père. Je penserai à ma maman qui est aussi décédée. Elle a toujours été d'accord pour que je devienne prêtre. Une décision que j'avais prise très jeune. J'étais vraiment séduit par le travail des prêtres dans notre paroisse. Et quand je rentrais chez moi, je jouais à dire la messe!''
L'ordination épiscopale devrait avoir lieu le 25 mars. Une célébration chantante et dansante et qui devrait durer.... 4 heures. Le futur évêque éclate de rire. Après, il partira à la découverte d'un diocèse de 113.000 km2 qu'il sillonnera en voiture mais aussi à bord... d'un hors bord! La route et le fleuve restent de bons moyens pour s'enfoncer dans le pays. Il rencontrera des hommes et des femmes qui n'ont pas rejeté Dieu, la foi est toujours bien présente. ''Ici en Belgique, j'ai pu constater que Dieu est encore très présent lorsque je rencontre les gens dans des moments de difficulté, lors d'hopsitalisation... Mais Dieu n'est pas là que pour des moments de peine. Il est là tous les jours de notre vie pour partager les peines et les joies aussi. Je leur dirai que j'ai rencontré des gens bien plus riches qu'eux mais qui, pour beaucoup, ont perdu la foi. Je souhaite aux gens de mon pays, s'ils deviennent plus riches, de garder Dieu à leurs côtés. Et ça je leur dirai et je leur répéterai.''

Christine Bolinne
*La République du Congo est située à hauteur de l'équateur et souvent appelée Congo-Brazzaville pour être distinguée de la République démocratique du Congo (RDC)
Translate in English - Nederlands - Deutsch