Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
9/3/2011
CHAQUE DIMANCHE DE CARÊME
Le Jeu de la Passion de Ligny vous fera vibrer
La nouvelle saison théâtrale du Jeu de la Passion débutera ce dimanche 13 mars. Le Jeu de la Passion est un spectacle de pur théâtre religieux dont l’inspiration remonte aux mystères du Moyen Âge. Quelque 150 acteurs et collaborateurs bénévoles de Ligny et des environs y participent. Sobriété, rigueur et dynamisme caractérisent ce spectacle.
On retrouve le Jeu de la Passion dans le monde entier, sous des formes variées, déterminées par la sensibilité religieuse et artistique des communautés qui le produisent. La coutume est très ancienne. Au Moyen Âge, ces spectacles, appelés mystères, étaient joués par les habitants des villes sur les parvis des églises ou sur la place publique. Le Jeu de la Passion est présenté chaque année à Ligny depuis 1925. Ligny, bourgade de quelque 2.800 habitants, appartient à la commune de Sombreffe, en province de Namur, aux confins du Brabant Wallon et du Hainaut.

Tradition et Modernité
Ce qui n’était aux débuts qu’une pièce religieuse assez conventionnelle a franchi l’obstacle des ans. Il ne reste pratiquement plus rien du livret original. Le scénario actuel a été conçu avec l’aide d’éminents exégètes et théologiens. Outre les moments forts et colorés que nous rapportent les évangiles, le contexte politique, religieux et social dans lequel se déroulent les épisodes du drame est évoqué avec une grande rigueur historique. Quant au Christ lui-même, chacun s’en est fabriqué sa propre image. Le faire revivre physiquement aves la subjectivité d’un comédien et d’un metteur en scène n’est pas chose aisée. À Ligny, il est présenté comme un ami, un pédagogue, proche des gens qui l’entourent et qu’il tente de convaincre. Cela n’exclut pas une grande fermeté face à ses détracteurs et ses juges.
Tout le drame de la Passion est traduit en des termes accessibles, en une mise en scène limpide servie par des techniques parfaitement maîtrisées. Il est interprété par des acteurs convaincants. Un chœur de récitants fait le lien avec la modernité. Il représente le public contemporain, ses attentes, ses sentiments. Il crée une distanciation tant par les costumes évoquant l’homme d’aujourd’hui que par le texte qu’il profère. La modernité ne rejette pas les traditions. Deux éléments des mystères du Moyen Âge ont été maintenus: la scène des Adieux à Notre Dame, un dernier entretien entre Jésus et sa mère sur la route de Jérusalem et le Te Deum qui clôturait traditionnellement les Passions médiévales.
La troupe, au sens large, se compose d’environ 150 personnes. Pourquoi sont-ils là? Les raisons sont multiples: expression de leur foi, respect d’une tradition, plaisir du théâtre, attachement à leur village… La réponse dépend intimement de chacun… ils sont heureux de participer, ils aiment ce qu’ils font. On trouve ici des amateurs au vrai sens du terme.

Origines et évolution du spectacle
''Ah!, si nous pouvions avoir une petite Passion…'' Telle fut la réflexion de l’abbé Mailleux, curé de Ligny, au lendemain du prestigieux spectacle de la Passion auquel il avait assisté à Nancy avec quelques paroissiens, membres de la troupe locale de comédiens amateurs. Au retour de Nancy, l’idée mûrit rapidement et, en novembre 1925, le rideau se levait pour la première fois sur la Passion. Dans un programme du 9 avril 1928, on trouve la remarque suivante: ''Les dames sont priées d’enlever et de n’enlever que leur chapeau. Qu’elles n’oublient pas qu’elles assistent à la représentation du drame le plus religieux, le plus touchant et le plus saint dans un cercle catholique où l’on ne reçoit que des dames et des jeunes filles convenablement, complètement et dignement vêtues.'' S’il fait sourire aujourd’hui, ce détail témoigne du souci de garder au spectacle un caractère profondément religieux. En 1950, l’évêché ayant levé l’interdit, les comédiennes font leur entrée sur scène : d’abord dans un chœur de jeunes filles assurant l’interprétation des chants, ensuite dans le rôle des personnages féminins… la Passion a enfin ses saintes femmes!
Amélie de Limbourg (catho.be)
Représentations : Dimanches 13, 20, 27 mars, 3, 10, 17 avril à 15h30 heures. Au Cercle Royal Saint-Joseph (Ferme d’en Bas) LIGNY. Parking aisé. Réservations: 071/81.19.58 (de 16 à 20h), dagnely.raoul@portima.be www.passionligny.be
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse