Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
23/12/2021
BoGuiFra : comment partager l’Évangile grâce aux moyens d’aujourd’hui
Dans la région d’Arlon, BoGuiFra est très connu, et apprécié. C’est un média paroissial, et celui-ci a beaucoup évolué ces dernières années, notamment grâce aux différents confinements. Dans les coulisses, un passionné : Jean-Pierre Doumont. Dans cet article, découvrez les origines de ce média, son évolution qualitative ainsi que ses futurs projets. En effet, depuis qu’il y a un studio TV à Arlon, le champ des possibles s’est agrandi !
BoGuiFra, un nom qui éveille la curiosité… On lève le voile : le nom reprend les premières syllabes de trois villages situés dans la région d’Arlon : Bonnert, Guirsch et Frassem. Jean-Pierre Doumont explique, en souriant : « Cela fait déjà très longtemps que nous avons eu l’idée de faire « fusionner » plusieurs clochers, pour travailler ensemble à certains projets, bien avant que les ‘unités pastorales’ fassent leur apparition dans le diocèse. Nous aimons dire, pour blaguer, que l’évêché nous a copié par après… ». Ce média paroissial a bien évolué au fil du temps. Depuis peu, un studio TV a été installé dans un presbytère, avec un fond vert (comme pour les présentateurs météo). « Grâce à ce fond vert, nous pourrons filmer les gens en mettant le fond de notre choix en arrière-plan, et même donner l’illusion d’avoir un studio gigantesque alors qu’il est tout petit », dévoile Jean-Pierre.

S’améliorer, encore et toujours
Ces derniers mois, le pôle ‘communications’ de BoGuiFra a très fort évolué. Ceux qui suivent ce média de près ont pu le constater : de mois en mois, les techniques se précisent et s’améliorent. Il faut savoir que Jean-Pierre est un « touche-à-tout » qui aime apprendre. « Au début du premier confinement, en plus de la retransmission des messes, nous voulions enregistrer une capsule par semaine ; un billet de notre doyen, l’abbé Pascal Roger, avec des thèmes pour les paroissiens mais aussi pour d’autres, les thèmes étaient variés. Ensuite, nous avons voulu mettre en valeur les 14 églises de notre unité pastorale. C’est ainsi que pour chaque clocher, nous avons présenté l’église, le village, les habitants. Cela a demandé énormément de recherches dans les archives, comme un vrai historien. Nous avions de bons échos, notamment dans les homes ; cela permettait aux résidents de ‘sortir de chez eux pour un moment’, de voyager d’église en église. Au fil des mois, j’apprenais des techniques supplémentaires, comme comment insérer un document au sein d’une vidéo, comment utiliser des logiciels de montage. C’est en forgeant qu’on devient forgeron, c’est bien connu ». Jean-Pierre, jeune retraité, passe des heures à faire des montages, à se documenter, à faire des recherches pour se perfectionner. Il poursuit : « Quelques semaines après, nous avons commencé à faire des vidéos en direct, pour la neuvaine de Lourdes. Là, j’ai ressenti le stress du direct. Avec les conférences de Carême (4 émissions sur l’encyclique Fratelli Tutti), j’ai appris à faire des montages pendant un direct : faire apparaître des documents pendant qu’une personne parle. C’était très stressant, car le direct ne permet pas d’effacer un éventuel problème. Heureusement, après la diffusion, nous avions un bon anti-stress pour décompresser ; une bonne bière d’abbaye ! ».

Des projets plein la tête
Ce qui motive le plus Jean-Pierre, c’est de continuer à partager autour de la foi, et ce via différents thèmes et différents canaux. Grâce aux moyens d’aujourd’hui, il est possible de faire vivre ou de faire découvrir des choses à de nombreuses personnes. « Nous avons maintenant investi dans un fond vert et, grâce à celui-ci, nous avons commencé à enregistrer les capsules ‘pARLONs vrai’ : nous recueillons le témoignage de différents habitants ; des chrétiens qui racontent leur vie, des gens qui ont un engagement. J’aime faire savoir ce qui existe et donner la parole aux villageois. Nous avons installé un petit studio - déjà visité par Mgr Warin - qui nous permet maintenant d’aller encore plus loin dans nos envies. Le matériel utilisé devient de plus en plus pointu. C’est aussi chouette d’avoir le retour des gens, leurs impressions. Si l’intérêt change, nous changerons d’orientation aussi. Nous essayons d’apporter quelque chose à l’Église d’aujourd’hui. Parfois, nous adaptons ou expliquons le langage liturgique qui est difficile pour les non-initiés. Via les réseaux sociaux (Facebook, YouTube, Instagram), nous pouvons aussi faire des choses complémentaires et toucher plus de personnes. On sent aussi que cela permet de redynamiser la vie du village. Notre équipe pastorale est très diversifiée, ce qui apporte toujours une belle dynamique, une belle créativité. Pour l’instant toutes les vidéos sont filmées avec mon téléphone portable : on sait déjà faire de très beaux montages juste avec un GSM ! Même si j’espère trouver un matériel plus professionnel un jour… Le visuel est très important, sinon les gens zappent, surtout les jeunes. En ce qui concerne les futurs projets, je suppose qu’on fera à nouveau de belles choses pour le prochain Carême ». En ce temps d’Avent, chaque mardi, l’équipe de BoGuiFra a proposé aux paroissiens de venir voir les vidéos « Des Arbres qui marchent », ensemble sur un grand écran dans l’église et d’en débattre en groupe par après (réalisateur : Pierre-Paul Renders).

Retour aux origines
Jean-Pierre retrace le passé : « Au départ, en 1990-91, nous souhaitions créer quelque chose de « fun » pour les enfants du catéchisme, pour ceux qui préparaient leur 1e communion. Nous animions certaines messes avec une chorale de jeunes et des guitares. Nous ne voulions pas empiéter sur la chorale existante, mais un jour celle-ci a disparu, et c’est alors que nous avons commencé à animer les messes tous les dimanches. Ensuite ont suivi les mariages et autres célébrations festives. Après, en 2004, nous éprouvions le désir de faire plus que ‘juste chanter’ : nous avons donc créé un groupe de prière qui se réunit tous les mois dans l’oratoire de Frassem. Puis, en 2015, suite à l’appel du pape François, nous avions aussi ressenti le besoin de venir en aide aux réfugiés, aux oubliés. C’est ainsi qu’un pôle ‘solidarités’ s’est ajouté. Et enfin, en 2020, nous avions envie de rester en contact avec les paroissiens malgré le confinement, malgré les mesures sanitaires. Il nous fallait continuer à communiquer la Bonne Nouvelle, à proposer des contenus en lien avec notre foi. C’est alors que le pôle ‘communications’ est né ». BoGuiFra comprend donc plusieurs axes : le chant, la prière, la solidarité, la communication.

V.J.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour découvrir les vidéos de BoGuiFra. N’hésitez pas à aussi vous abonner à leurs pages YouTube, Facebook et Instagram.

Lien vers les vidéos YouTube : cliquez ici
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse