Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
14/5/2016
Véronique sera confirmée à Namur, Justine, sa fille, recevra le sacrement à Paray-le-Monial
Véronique fait partie des 25 adultes qui, ce samedi de Pentecôte, recevront de Mgr Vancottem le sacrement de confirmation. Un moment que Véronique attend impatiemment. Le même jour, Justine, sa fille, sera elle aussi confirmée à Paray-le-Monial où elle se forme, depuis quelques mois, à l'ESM, l'Ecole d'Evangélisation de Paray animée par la Communauté de l'Emmanuel. L'une et l'autre étaient loin d'être des assidues de l'église. Aujourd'hui, la prière est une priorité dans leur vie. Jean-Claude, le mari et le papa, a lui aussi repris le chemin de l'église. Une famille pour qui cette fête de Pentecôte résonnera assurément de façon très particulière.
Véronique est une femme discrète. Chaque soir, depuis que la neuvaine de prière à l'Esprit Saint préparatoire à la Pentecôte a débuté, elle est là.''On demande aux personnes de prier pour nous, les futurs confirmands. Il me semblait normal d'être là moi aussi et de prier pour les gens.'' On sent Véronique, heureuse, bien dans sa foi.
''C'est la famille qui a fait pression pour que ma maman soit baptisée'' explique Véronique. Le même scénario se reproduira à sa naissance. Elle ne reçoit aucune éducation religieuse et ne ressent aucun manque: elle ne connaît pas. Les quelques fois où Véronique entend parler de Dieu, c'est pendant les vacances. ''J'étais inscrite dans des colonies catholiques. A 16 ans, j'étais orpheline. Je n'ai jamais eu personne pour me dire que Dieu existait.''
Jean-Claude, l'homme avec qui elle partage sa vie, a lui aussi pris de la distance avec l'Eglise. Il se souvient pourtant avoir demandé avec beaucoup de conviction à sainte Thérèse qu'elle intervienne pour ne pas faire son service militaire. Il sera exaucé. Et il y a quelques années, comme il l'avait promis, Jean-Claude est allé la remercier. Il s'est rendu en pèlerinage à Lisieux.

Dieu? Pas une priorité
Jusque-là, dans leur vie Dieu n'avait jamais été une priorité. Véronique est pourtant de plus en plus convaincue qu'elle passe à côté de quelque chose qu'elle ne sait nommer. ''J'avais le sentiment d'un vide qui ne serait jamais comblé.'' Un membre de sa famille lui conseille de s'adresser à un être de lumière (un ange gardien, une personne décédée... ) pour l'aider à comprendre les choses. La jeune femme est sceptique. Elle reprend le chemin de l'église. ''Les catholiques ne se rendent pas compte mais quand on n'a reçu aucune éducation religieuse, il y a une série de mots que l'on ne peut pas comprendre. Les grâces, les dons, ce sont des mots.... je ne connaissais pas.''
Mais elle s'accroche. Un jour, Véronique est encore touchée par une image du Christ miséricordieux. Ce Christ vêtu de blanc avec un rayon rouge (le sang) et bleu (l'eau) sortant de son corps. ''En rentrant à la maison, j'ai demandé à mon mari de trouver cette image sur internet et de me l'imprimer.'' ''L'imprimante était en panne.'' lance Jean-Claude. Quelques jours plus tard, en entrant dans l'église, Véronique trouve sur les chaises, des images du Christ miséricordieux. Elle y voit un signe. ''A cette époque, je trouvais aussi régulièrement des revues Magnificat dans le fond de l'église. Maintenant, ce n'est plus le cas. C'était comme si Dieu voulait me montrer la voie.''
Véronique est pleinement heureuse. ''J'ai arrêté mon travail pour avoir du temps pour prier. Chaque jour, je vais à l'église.'' Et c'est dans la prière qu'elle trouve la paix. Jean-Claude est lui aussi redevenu pratiquant.

A Paray-le-Monial
Justine, la fille du couple, trouve que ses parents ont changé. Elle a compris que la prière avait pris une place importante dans leur vie. A ceux qui l'interroge sur ces changements, Véronique n'a pas peur de parler de sa vie de prière et de tout ce qu'elle lui apporte.
Une de ses grandes satisfactions, une réponse à ses prières, concerne directement sa fille. Comme beaucoup de jeune, elle s'était éloignée de la religion, refusant de faire sa profession de foi. Lors d'un Noël, à la messe de minuit, elle aussi a compris qu'elle ne pouvait avancer dans sa vie sans laisser de la place à Dieu. Justine est encore pour quelques semaines à Paray-le-Monial où elle se forme à l'Ecole d'Evangélisation animée par la Communauté de l'Emmanuel. Véronique est convaincue que sa fille pourra aider d'autres personnes à avancer dans la foi.
En attendant, elles se préparent à vivre une vigile de Pentecôte tout en émotion. Véronique: ''Je sentais que je devais demander le sacrement de confirmation mais je n'osais pas.'' Elle a finalement osé, s'est préparée. Elle recevra en même temps que 24 autres adultes ce sacrement, ce samedi, à 20h, lors d'une célébration présidée par Mgr Vancottem. Sacrement de confirmation que Justine recevra, elle, ce samedi, non loin de Paray-le-Monial.
C.B.
Translate in English - Nederlands - Deutsch