Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
7/5/2018
''Les remuages'', rendez-vous ce dimanche à Nassogne
L’abbé Willy Wele-Wele n’hésite pas à dire qu’il est un privilégié. Il exerce son ministère dans un village où a vécu un moine, un évangélisateur qui allait devenir saint. Ce village, c’est Nassogne et cette figure de sainteté est celle de saint Monon. Rendez-vous ce dimanche 13 mai pour un nouveau pèlerinage, la procession des ''remuages''.
Chaque année, le dimanche qui suit l’Ascension, ce sera donc ce 13 mai, un pèlerinage est organisé à Nassogne. Un pèlerinage à saint Monon avec une messe qui débute à 11h à la collégiale. A l’issue de la célébration qui sera cette année présidée par l’abbé Pascal Roger, curé-doyen de La Roche, la procession quitte la collégiale pour la chapelle là ou le futur saint aurait été assassiné. La procession dite encore ''les remuages'' revient ensuite à la collégiale.
Il faut faire un sacré bond dans l'histoire pour faire connaissance avec Monon né vers 600. Elevé, en Ecosse, dans une famille chrétienne, Monon décide de devenir moine. Il perçoit un appel de Dieu l'encourageant à tout quitter pour se rendre en Gaule, en Ardenne, avec pour mission d'évangéliser. Ce qu'il fera. Avant d'évangéliser, il passera du temps auprès de Jean l'Agneau, l'évêque de Tongres. Arrivé en Ardenne il construit dans la forêt, une chapelle et un ermitage. Très vite, Monon est sollicité par des personnes qui veulent recevoir de lui le baptême. C'est un véritable engouement populaire qui entoure Monon ce qui ne plaît pas à tout le monde: il est assassiné. Un assassinat que l'on situé entre 630 et 645. Il est considéré comme martyr.
Sa dépouille est placée dans son oratoire: des miracles s'y produisent comme des conversions. On y vient en pèlerinage. La dépouille mortelle sera ensuite transportée dans l'église de Nassogne que son ami, Mgr l'Agneau a fait construire, sur ses fonds propres, avant de la dédier à la Vierge. Bien plus tard, le père de Charlemagne, Pépin Le Bref alors que le culte de saint Monon est déjà très répandu, vient en visite. On lui raconte les miracles. Il fait don de sa couronne dont la vente financera la construction d'une collégiale avec la présence de chanoines séculiers. Ils y vivront 1000 ans et produiront du vin, de la bière... Nassogne est ainsi devenu, au fil des siècles, un lieu de passage, de commerce.

Saint patron des fermiers
C’est la châsse contenant un tibia du saint qui est ainsi emmenée en procession. Ce sera encore le cas ce dimanche. Un pèlerinage qui occupe une place importante chez nombre de personnes qui ne manqueraient pour rien au monde ce rendez-vous. Saint Monon est considéré comme le saint patron des fermiers, des animaux de la ferme mais aussi des récoltes. Des agriculteurs qui n'hésitent pas à frotter une branche de tilleul sur la châsse. Une fois de retour à la ferme, elle est mélangée à la nourriture du bétail pour lui assurer la santé.
L'histoire de saint Monon est passionnante. Joseph Billy est intarissable. Comme l'abbé Wele-Wele, il est enthousiaste. Tous deux relèvent qu'il n'est pas banal de vivre au quotidien sur les traces d'un saint. ''Il a bu la même eau que nous, il a respiré le même air'' souligne Joseph Billy.
Depuis qu’il est arrivé à Nassogne, l’abbé Wele-Wele est heureux de vivre ce pèlerinage. Et il est bien décidé, dans les années à venir, à lui redonner du souffle, à faire en sorte que sa renommée soit plus importante encore. Que tout un chacun puisse indiquer, sur la carte, Nassogne. ''Avant d'être désigné à Nassogne, j'étais vicaire à Etalle. Je n'avais jamais entendu parler de Nassogne ni de saint Monon d'ailleurs. J'ai dû regarder sur une carte pour localiser le village...'' Aujourd'hui, le jeune prêtre est incollable sur saint Monon, son pèlerinage... et même sur la bière brassée dans la région et qui porte aussi le nom du moine devenu saint. Une bière qui sera bien sûr dégustée à l'issue du pèlerinage.
C.B.
Translate in English - Nederlands - Deutsch