Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
8/2/2011
L'OPÉRA DES 40 ANS
Les étudiants de l'Imep présentent ''Dialogues des Carmélites''
Pour ses 40 ans, l'Imep (Institut supérieur de Musique et de Pédagogie) s'offre et nous offre, à nous spectateurs, un opéra! Un défi à la hauteur du talent des étudiants qui se forment dans les locaux de la rue Juppin à Namur. Une ''famille musicale'' -un terme que le directeur Guido Jardon affectionne particulièrement- qui présentera les 10, 11 et 12 février, ''Dialogues des Carmélites'', un opéra en deux actes signé Francis Poulenc. Et pour que les Namurois ne soient pas les seuls à se régaler de ce moment à la fois musical et vocal, ce même spectacle aura une version concert. Une sacrée aventure pour cet institut, seul du réseau libre en Communauté française, formant les artistes de demain.
Ambiance très studieuse l'autre après-midi, dans la salle de spectacle, l'ancienne chapelle, de l'Imep. Françoise Viatour a l'oeil sur tout. Daniel Thonard, au piano, entraîne les chanteurs. Sur scène, des jeunes de la classe de chant et du choeur de l'Imep: ils montent un opéra en deux actes. Les 10, 11 et 12 février, ils présenteront ''Dialogues des Carmélites'', une oeuvre de Poulenc.
Une oeuvre poignante qui se situe, en 1789, à la Révolution française. Blanche de la Force, une jeune aristocrate décide d'entrer au Carmel. Devenue novice, elle va vivre les derniers jours de la congrégation installée à Compiègne. Lorsque les troupes envahissent le couvent, Blanche réussit à s'échapper. Les ordres religieux sont supprimés et les religieux sont condamnés à mort. Les Carmélites montent, les unes après les autres, à l'échafaud en chantant le Salve Regina. Blanche est dans la foule. Elle assiste à l'exécution de chacune des Carmélites. Alors que la dernière des Carmélites vient d'être exécutée, la novice sort de la foule et monte elle aussi à l'échafaud. Elle aura la tête tranchée...
Les voix sont tout simplement superbes. Le visage ravagé par l'émotion, par la peur, les jeunes chanteuses sont émouvantes. Outre la performance vocale, elles entrent dans la peau de ces carmélites victimes de leurs convictions.

Six mois de travail
Pendant toute une semaine, ils travaillent sans relâche pour cet opéra. Ils sont plongés dans les conditions de travail qui seront les leurs dans leur prochaine carrière. Une production se travaille au finish et doit être au point pour le jour J.
Guido Jardon est non seulement un directeur confiant mais il est aussi heureux. Monter un spectacle de cette ampleur pour une école, c'est une véritable gageure. Sauf si, comme c'est le cas à l'Imep, on a les voix pour relever le défi. Les jeunes qui veulent faire du chant leur profession y sont toujours plus nombreux à s'y former. Et pourtant la sélection est sévère. Il faut compter que sur quatre candidats qui se présentent un seul est retenu. Cet opéra, c'est le projet de toute une année. Ils sont au travail depuis 6 mois maintenant. ''Cet opéra à résonance spirituelle est situé au confluent de deux formes privilégiées du compositeur français, la mélodie et la musique religieuse chorale, souligne le directeur. C'est donc normal que cet opéra se soit naturellement imposé comme première grande production lyrique de l'Imep.'' Un spectacle qui sera présenté dans la grande salle de l'institut, l'ancienne chapelle. Un cadre on ne peut plus adapté à cet opéra. Françoise Viatour (sur la photo avec Guido Jardon) signe la mise en scène et la direction artistique. Les spectateurs occupent le centre de la salle: le spectacle est sur la scène mais aussi tout autour.
Ce spectacle est travaillé dans deux versions. La version opéra qui demande une infrastructure importante notamment dans les lumières, les décors... Et une version concert avec un logistique considérablement allégée. De quoi partir en tournée et faire profiter, le plus grand nombre, de ce spectacle.

De nouveaux locaux
Si l'art vocal est particulièrement mis en évidence avec cet opéra, l'Imep forme évidemment aussi les musiciens de demain. Aujourd'hui, ce sont 230 étudiants dont 21 chanteurs de talent qui travaillent avec 82 professeurs. Des étudiants encadrés par des professionnels. Chaque professeur fait partie d'un orchestre, d'un ensemble. C'est un professionnel qui transmet son savoir et sa passion à de futurs professionnels. Depuis quelques années maintenant, les étudiants étrangers sont de plus en plus nombreux à suivre les cours à Namur. Ils viennent parfaire leur cursus en s'inscrivant pour un master, par exemple. La réputation de cette école, la seule du réseau libre, dans ce créneau a donc bien dépassé les frontières de la Belgique.
''Maintenant, je tire le frein à main, explique l'oeil rieur Guido Jardon. Je ne veux pas accueillir plus d'étudiants, nous devons garder la possibilité de les épauler.'' Et pour qu'ils puissent travailler dans de meilleures conditions encore, et ce pour notre plus grand plaisir musical, ce sont 1000 m2 de nouveaux locaux qui seront bientôt accessibles.
Christine Bolinne

''Dialogues des Carmélites'' sera présenté les 10, 11 et 12 février à 20h, dans la grande salle de l'Imep (28, rue Juppin) à Namur. Le spectacle sera donné, dans sa version concert, à l'abbaye de la Cambre, à Bruxelles, le 25 février à 20h. P.A.F. 10 euros et 5 euros (seniors et étudiants). Gratuit pour les moins de 17 ans. Réservation des places: mariereine.capelle@info-imep.be ou 0478/43.61.04.

Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse