Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
15/7/2011
CHRIST RESSUSCITÉ
Marloie: une nouvelle oeuvre d'art pour la chapelle de semaine
Accueillir une nouvelle œuvre d’art dans une église, c’est montrer que la communauté qui s’y rassemble est vivante, dynamique et ''de son temps''. C’est le signe qu’elle se garde ouverte au souffle de l’Esprit toujours nouveau qui l’anime… Et c’est aussi ce que l'abbé François Barbieux et toute la communauté paroissiale de Marloie démontrent, en accueillant une nouvelle œuvre d’art dans la chapelle de semaine: une statue du Christ ressuscité.
Il y a un mois, le jour de la Pentecôte, la chapelle de semaine de Marloie accueillait une nouvelle œuvre d’art: une grande statue en argile du Christ ressuscité. ''Christ est Ressuscité!'', voilà la Bonne Nouvelle que les apôtres ont annoncée, poussés par l’Esprit, et qui a fondé le Christianisme. Mais il est vrai qu’on ne voit que très peu de représentations du Christ ressuscité dans nos églises occidentales alors que celles du Christ en croix sont quasiment omniprésentes… Chacune de ces représentations n’a pourtant aucun sens l'une sans l’autre!

Une oeuvre de Sabine de Coune
Cette statue en argile blanche et brune a été réalisée pendant le temps pascal par Sabine de Coune, artiste belge réputée pour ses nombreuses illustrations chrétiennes de livres pour enfants, des ''signets de Carême'' ou encore pour de nombreuses fresques réalisées dans des églises en Belgique (Honville, Assenoie...) et à l’étranger.

Les symboles
L’attitude de ce Christ est bien celle d’un vivant, les yeux grands ouverts, le visage fort expressif d’une joie et d’une sérénité marquante; il sourit.
Ses pieds ne sont pas à l’horizontale, comme s’il marchait, mais dans le prolongement du corps, évoquant une montée, une ascension. Dépassant les lois de notre physique, il entre dans l’état nouveau de celui qui est ''monté aux Cieux'' comme on le dit de manière imagée. Il vit dans la gloire du Père.
Ses bras sont ouverts et accueillants, mais aussi dans une position qui nous montre bien ses poignets, encore meurtris des stigmates de la croix, comme pour dire ''C’est bien moi!''
Ses mains sont ouvertes et tendues vers nous comme pour nous emmener avec lui. Il nous rappelle qu’il ''part nous préparer une place dans la maison de son Père'' et que là où il est, nous y serons aussi.
Les stigmates de la Crucifixion sont bien présents. La Résurrection ne gomme pas la Passion, l’un et l’autre ne formant qu’un seul et même Mystère. Les cinq plaies sont représentées; celles des clous dans les deux pieds, dans les deux poignets (et non dans les mains comme on le représente souvent) et celle laissée par le coup de lance dans le côté pour atteindre le cœur duquel avaient jailli du sang et de l’eau d’après l’évangile de saint Jean. Oui, Jésus est bel et bien mort, mais il transfigure ce qui semblait être une fin pour en faire une ''Pâque'', un passage, par sa Résurrection… L’artiste a donc désiré mettre une touche de doré dans chacune des plaies car elles sont désormais glorieuses, témoignant de la victoire du Christ sur la mort et la souffrance qui n’auront plus jamais le dernier mot. Dans la chapelle, ce doré rappelle également la couleur du tabernacle, présence réelle du Ressuscité dans l’Eucharistie, ainsi que le doré du cœur et des rayons de la statue de Notre-Dame de Beauraing, symbolisant la gloire de la Vie qui nous sera offerte en Dieu et dans laquelle Marie vit déjà depuis son Assomption.
Le Christ est entièrement habillé de blanc, d’une aube (venant du latin ''alba'' qui veut dire blanc). C’est un vêtement de lumière, de pureté. C’est le vêtement reçu par le nouveau baptisé qui est plongé dans la mort et la Résurrection de Jésus et qui a ainsi ''revêtu le Christ'' comme le dit saint Paul.
Enfin, le teint du Christ n’est pas blanc, mais plutôt brun, nous rappelant qu’il s’est incarné parmi le peuple hébreu, qu’il est un sémite (et non pas européanisé comme on le voit souvent). Cette couleur est celle de la terre dans laquelle la statue a été façonnée. Cela peut nous rappeler aussi le récit de la Genèse dans lequel, symboliquement, on raconte comment Dieu façonna avec de la terre, Adam, le premier homme (dont le nom hébreu ''adama'' signifie terre, glaise). On peut comprendre ainsi que Jésus, fils engendré de Dieu, non pas crée, a néanmoins pris pleinement notre nature humaine, terrestre, mortelle… Mais tout cela pour nous donner une vie nouvelle et éternelle par sa Résurrection !
F.B.

Renseignements pratiques
Pour découvrir cette nouvelle oeuvre d'art, rendez-vous à la chapelle de semaine de Marloie, dont l'accès se fait par la droite de l'église paroissiale. La chapelle est ouverte tous les jours de 8h30 à 19h.
Messe chaque lundi, mercredi et vendredi à 18h (le mercredi, la messe est chantée). Adoration du Saint Sacrement le mercredi de 11h à 18h. Récitation du chapelet tous les jours de la semaine, soit juste après la messe du soir, soit à 18h.
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse