Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
21/5/2010
Des roses rouges pour sainte Rita
Une jeune femme, les yeux rougis par les larmes, embrasse soeur Christine. La religieuse la prend dans ses bras et lui souhaite, tout simplement, bon courage. Cette femme, comme des dizaines d'autres, ira ensuite prier devant la statue de sainte Rita, une jeune Italienne qui a vécu au 15eme siècle. Tous espèrent tellement dans cette sainte invoquée pour les causes difficiles voire désespérées. Samedi, on célébrera l'anniversaire de la mort de sainte Rita de Cascia. On attend plusieurs centaines de personnes à Bouge, sur les hauteurs de Namur. Des pèlerins qui auront la possibilité de repartir avec une rose rouge. Durant la neuvaine dédiée à la sainte -elle se termine le 23-, des roses bénites au cours de chaque messe sont vendues sur place (la photo). Elles sont à offrir aux malades ou à garder sur soi afin, comme le précise la prière,"que ceux qui les porteront sur eux soient guéris de leurs infirmités et que le Mal n'ose plus les inquiéter."
Le culte à Sainte Rita est toujours très vivace. Cela vient sans doute du fait que beaucoup se retrouvent dans la vie de cette jeune Italienne. "Quand on parle avec les pèlerins qui viennent au sanctuaire, ils disent que sainte Rita est proche d'eux. Ils disent: elle a vécu notre vie, elle sait ce que c'est de souffrir" explique soeur Justine, elle est Augustine comme l'était sainte Rita. Avec deux pères (père Koen et père Laurent) et soeur Christine, elle vit, à Bouge, au couvent des Augustins Saint Nicolas de Tolentin. Aidés par des bénévoles, ces quatre religieux (la photo) s'occupent de la gestion du sanctuaire. Ils sont aussi là pour écouter. Beaucoup de pèlerins ont besoin de se confier. Les pères comme les religieuses sont pour eux tous des oreilles attentives. "Beaucoup de personnes qui viennent au sanctuaire, explique le père Koen, sont désespérées par ce qu'elles vivent. Certaines pleurent en fixant du regard la statue. Nous essayons de les encourager. Et puis nous prions." "Ici à Bouge, nous ne recevons pas que des croyants, ajoute soeur Justine. Une maman musulmane est venue déposer une intention pour son fils, dans le coma. Il s'en est sorti, elle continue à venir au sanctuaire."

"La femme sans rancune"
Avant d'être religieuse et d'être bien plus tard canonisée, Rita s'est mariée et a eu deux enfants. Son mari est brutal et alcoolique. Elle ne répond à sa violence que par la patience et la prière. Ses voisines la surnomment "la femme sans rancune." Rita, c'est l'enfant inespéré celui qui arrive alors que les parents ne l'espèrent plus. Très vite, ils s'aperçoivent que leur bébé est différent: un essaim d'abeilles tourne autour de la fillette. Certaines entrent dans sa bouche, aucune ne la piquera. Un voisin voit la scène, il se précipite pour chasser les insectes: la blessure qu'il vient de se faire à la main est spontanément guérie! Rita grandit et annonce qu'elle veut devenir religieuse. Ses parents s'y opposent. Elle se mariera donc et aura deux enfants. Quelques années plus tard, son mari se fera assassiner. Rita connaît les assassins, elle ne les dénonce pas et leur pardonne. Ses deux enfants ne sont pas prêts à une telle démarche. Rita prie pour que ses enfants meurent plutôt que de devenir des meurtriers en voulant venger leur père. Son voeu est exaucé.

Une rose dans la neige
Elle frappe alors à la porte du monastère des soeurs Augustines. Par trois fois, elle sera refoulée. La congrégation ne veut admettre dans ses rangs une veuve. Elles lui imposent encore une épreuve: les religieuses lui demandent d'aller réconcilier, dans le village, les clans hostiles. Elle relève le défi. L'histoire de la sainte veut qu'un soir de Noël, saint Jean-Baptiste, saint Augustin et saint Nicolas la transportent -endormie- dans le monastère. Les Augustines doivent bien l'accepter. Sa vie déjà difficile jusque-là ne deviendra pas plus simple pour autant. Un vendredi saint, alors qu'elle prie devant le Saint-Sacrement, une épine de plâtre de la couronne du Christ se détache et la blesse au front. Une blessure qui ne guérira jamais. Rita souffre. La plaie est purulente et malodorante, elle est ainsi tenue à l'écart de la communauté!
Epuisée par la vie, malade, un soir de l'hiver 1457, elle demande à sa cousine de lui apporter une rose qui se trouve dans le jardin. Alors que tout est recouvert par la neige, il y a bien une rose dans le jardin. Cette fleur, la religieuse tellement rejetée l'offrira à ses consoeurs. Le 22 mai, à 76 ans, elle s'éteint. Depuis la rose et plus particulièrement la rose rouge est liée à sainte Rita.
Autant d'épreuves de la vie traversées avec le sourire, dans la quiétude. Au fil des années, elle est devenue la sainte que l'on prie pour les causes désespérées. A l'entrée de l'église du sanctuaire de Bouge, des centaines de bougies. De grands cahiers aussi (la photo): ils débordent d'intentions de prières, de confidences de personnes dans la peine, de remerciements aussi. Des épreuves qu'ils viennent confier à la sainte. Et comme nous sommes en pleine période de neuvaine, aux pieds de la statue on trouve des dizaines de roses rouges.
Christine Bolinne

Les prochains offices
Vendredi 21 mai:
10h, messe pour les malades;
18h, messe.
Samedi 22 mai, fête solennelle de sainte Rita
10h, dans le parc, grand-messe avec la chorale Mezza Voce;
11h30, dans le parc, messe;
15h, messe;
18h, messe chantée avec la chorale de Leuze-Waret.
Dimanche 23 mai:
9h, messe;
11h, grand-messe chantée;
16h, dans le parc, salut et procession;
18h, messe chantée avec la chorale de Boninne.
La bénédiction des roses aura lieu au cours de chaque messe. Il sera aussi possible de vénérer les reliques. Le sanctuaire de sainte-Rita se trouve 37, rue du Grand feu à Bouge. Tél: 081/21.11.23.
Translate in English - Nederlands - Deutsch