Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
9/7/2021
Ode aux couleurs à l’église de Beho
À l’extrémité est de la province du Luxembourg, sur les hauts plateaux de l'Ardenne belge, découvrez avec l’église de Beho, une explosion de couleurs.
Si la tour date du XIIIe siècle, la nef de l’église a été reconstruite au XVIIIe siècle. Le mobilier de style baroque est l’oeuvre du sculpteur Jean-Georges Scholtus, sculpteur baroque de l’ancien duché de Luxembourg. Victime d’un incendie en 1954, l’église de Beho a été restaurée sous la direction de Maurice Robert et mise en couleurs par Louis-Marie Londot.
Né à Namur en 1924, Louis-Marie Londot étudia à l'académie des Beaux-Arts de la ville de 1938 à 1944. Dès les années 1950, avec le Chanoine Lanotte, il participa à la vague de construction et à la rénovation de nombreuses églises de notre diocèse. Plus de cent églises de Belgique portent ainsi ses empreintes de couleur. Il a fait de l’église de Beho une explosion de couleurs. Certains seront surpris ou choqués, d’autres aimeront, vos enfants seront sans doute captivés. Il ne fait aucun doute que l’église de Beho mérite le détour, quelque soit l’impression que sa visite vous laissera.
Devant toutes ces couleurs, je vous propose une prière : « Ma vie Seigneur, est un tableau à peindre. J'ai en main une palette où tu as mis toutes les couleurs. Des couleurs qui dansent, émerveillent et donnent de la joie. Des couleurs qui fleurissent, qui invitent à la prière. Des couleurs qui réchauffent, qui donnent du réconfort. Des couleurs qui invitent au bonheur, celles qui tendent la main. Des couleurs qui transforment et donnent du courage. Des couleurs qui rendent heureux, celles de la charité. Des couleurs qui apaisent et donnent sens à la vie. Des couleurs de l'espérance, des couleurs fortes, qui bousculent, celles du pardon et de la paix. Des couleurs lumière, qui éclairent l'avenir et permettent d'agir. Et puis mélangées en alternance, il y a les couleurs neutres, celles de l'indécision. Des couleurs froides, celles de l'indifférence. Des couleurs tristes, celles du silence. Des couleurs sombres, celles de l'égoïsme. Des couleurs dures, celles qui jugent, qui accusent. Seigneur, tu voudrais que ce tableau soit un chef-d’oeuvre, mais je ne sais pas choisir les bonnes couleurs, ma main tremblante ne peut guider le pinceau. Veux-tu m'aider Seigneur ? ».

Que faire à proximité ?
- À 15 km de Beho, découvrez la Ferme de la Planche à Montleban, logée au cœur du Parc naturel des Deux Ourthes. Vous serez invités à vous balader pieds nus sur près de 3 km dans l’environnement d’une ferme en activité, à la découverte des ani- Ode aux couleurs à l’église de Beho Tours et détours maux : bovins, alpagas, chevaux, ânes et petit élevage. La promenade est accessible à tous et vous fera une expérience unique, pleine de sensations oubliées ! Le parcours est balisé selon trois niveaux de difficulté : enfants, adultes et extrême. Il offre des vues superbes sur les sommets des hauts plateaux du massif ardennais et sur le Grand-Duché de Luxembourg. Pour plus d’infos, cliquez ici.
- À 35 km de Beho, détendez-vous en famille dans le Parc Chlorophylle, parc forestier récréatif. Ouvert en juin 2002, le parc jouit depuis d’un succès jamais démenti avec ses 9 hectares qui offrent au visiteur une découverte particulièrement originale et ludique du monde de la forêt. Pour plus d’infos, cliquez ici.
- Le musée de Manhay vous présentera une évocation des combats de la Bataille des Ardennes avec de nombreuses vitrines exposant du matériel militaire américain et allemand, mais aussi un regard sur le calvaire des civils ardennais pris dans la tourmente. Attention, il est nécessaire de réserver à l’avance votre visite. Pour plus d’infos, cliquez ici.
- À 20 km de Beho, faites une petite incursion dans le diocèse de Liège, en visitant le village d’Arbrefontaine. C’est un village typique de l’Ardenne, avec son église Saint-Maurice, construite au XVIIIe siècle. À l’intérieur, la voûte en bois fait penser à une coque de bateau renversée. Elle est agrémenté de portraits peints. Les vitraux sont de belles réalisations de l’après guerre. Dans le fond à droite, se trouve un émouvant vitrail reprenant les noms des 18 habitants faits prisonniers et envoyés dans les stalags nazis lors de la seconde guerre mondiale. Tous les prisonniers revinrent sains et saufs en 1945. Les alentours du sanctuaire ne manquent pas de charme avec les pierres tombales de l’ancien cimetière. Ces croix en schiste se sont répandues dans toute l'Ardenne entre 1740 et 1890, à l'initiative d'artisans-carriers de Recht et d'Ottré, deux localités voisines de Lierneux. Chaque atelier avait ses motifs de prédilection. Vous trouverez cette citation : « Aujourd’hui à moi, demain à vous » à comprendre comme « Aujourd’hui c’est mon tour, demain ce sera le vôtre ». À la sortie du village, empruntez le chemin du calvaire. Tout le long, les stations du chemin de croix, d’architecture rustique, vous mèneront à une chapelle. L’ensemble, formé par les stations et la chapelle, daterait de 1775.

Bonne détente !

Abbé Fabian Mathot
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse